Composter en bas de son immeuble, quelle bonne idée !

Des solutions de compostage existent dans nos sociétés depuis très longtemps, mais le compost moderne a tout particulièrement gagné en popularité ces dernières années. Et pour cause, le compostage propose un double objectif : réduire de manière significative sa part de déchets et produire un engrais naturel efficace au moyen de la fermentation de ses biodéchets organiques, grâce à un bon ratio entre matière sèche et matière humide. Si on a longtemps pensé que le compostage était réservé aux chanceux possédant une maison avec jardin (cette idée reçue est encore parfois ancrée dans les esprits de nos jours) il n’y a pourtant rien d’aussi faux. En effet, on peut parfaitement installer un composteur lorsque l’on vit en appartement, qu’il soit individuel ou collectif !


L’organisation d’un projet de compost collectif peut cependant prendre plusieurs aspects et demande le plus souvent l’accord de la copropriété lorsqu’il concerne un immeuble seulement ou celui de la mairie lorsqu’il est question d’un composteur collectif de quartier. Peu importe les cas de figure, nous allons vous aider dans cette section guide de notre site à vous y retrouver, afin que vous obteniez toutes les réponses pour mettre en place votre composteur en bas de votre immeuble.

Pourquoi composter en appartement ?

Sans jardin, on peut se demander si cela vaut vraiment le coup de se mettre au compost. La réponse est oui, oui et encore oui ! D’une part, on réduit considérablement sa part de déchets de cuisine, ce qui est en soi un geste écologique non négligeable. Même si l’on n’a pas de jardin et donc pas de biodéchets végétaux qui lui sont liés, les déchets de cuisine tels que les épluchures, les fruits ou légumes périmés sont récoltés dans le composteur et permettent de réduire le volume de vos ordures. Comme le tri, le compost est l’une des techniques les plus efficaces si l’on souhaite amenuiser son empreinte écologique.


De plus, la récolte de l’engrais produit par le composteur au bout d’un certain temps peut tout à fait vous servir en appartement ! S’il est vrai que son usage est particulièrement évident lorsque l’on possède un jardin, ce puissant fertilisant naturel, récolté grâce à la fermentation et la décomposition des déchets de votre compost, peut tout à fait être utilisé pour vos plantes d’intérieur. Lors de leur rempotage, par exemple, vous allez en intégrant cet engrais leur conférer une meilleure santé et avez de bonnes chances d’accélérer leur pousse. La durée de vie d'un compost varie entre plusieurs semaines et plusieurs mois selon la qualité et l'utilisation du compost.

compost

Qu’est-ce que le compostage collectif ?

Le compost collectif est une manière d’aborder le compostage à plusieurs, permettant ainsi de maximiser l’impact sur l’environnement en minimisant l’énergie fournie. En effet, vous n’êtes plus seul à vous occuper de votre composteur, à l’installer, l’alimenter, le maintenir en bonne santé ou à le renouveler ! Ce projet est pratique pour ceux qui vivent dans un appartement sans balcon et/ou qui ne peuvent ou veulent installer un composteur ou lombricomposteur d’intérieur. Il est vrai que sans jardin ou balcon, il suffit de quelques déchets de cuisine un peu odorants ou d’une mauvaise ventilation ou humidification pour que votre composteur ne se mette à dégager une odeur peu agréable dans votre intérieur. Pour cette raison, composter en bas de votre immeuble apparait comme une bonne idée.


Le compostage collectif se présente généralement sous la forme de deux cas de figures : un bac installé en bas d’un immeuble par la copropriété et dont la gestion est effectuée par cette dernière, ou un bac de quartier installé grâce à l’aide d’une association et parfois géré par l’un des services de la mairie, dans le cas où cette dernière fait partie des nombreuses municipalités de métropole qui mettent à disposition gratuite des composteurs. Par exemple, il se peut que les composteurs soient régulièrement alimentés en matières sèches, et que les habitants aient seulement besoin d'ajouter leurs biodéchets. Dans les deux cas, le composteur est laissé en libre accès et n’importe lequel des habitants de la copropriété ou du quartier peut venir déposer ses déchets et ainsi alimenter la terre riche en enzymes de décomposition.

Comment les composteurs collectifs est-il mis en place ?

Tout d’abord, il faut s’assurer de la volonté d’au moins plusieurs foyers du bâtiment de participer au compostage, afin d’éviter qu’il ne soit que trop peu alimenté et qu’il perde ainsi tout son intérêt. Il vous faut ainsi réunir au minimum une dizaine de personnes, car plus vous serez nombreux à manifester votre intérêt et faire votre demande auprès de la municipalité ou d’une collectivité, plus vous aurez de chance d’obtenir gain de cause. Un composteur/lombricomposteur ou plusieurs composteurs sont achetés et installés soit par la copropriété directement, par la ville si cette dernière propose un plan écologique, ou bien encore par une association ou une initiative de collectivité locale qui dispose d’une formation au compostage. Attention cependant, si vous êtes en copropriété et que vous souhaitez installer un composteur sur la voie publique, ce sera aux services de la ville qu’il faudra présenter le projet.

compost collectif

Lorsque l’on souhaite mettre en place le compost au sein d’une copropriété, cette décision doit d’abord être votée par l’assemblée générale des copropriétaires. Il faut ensuite décider du lieu exact de l’emplacement du ou des bacs afin qu’ils génèrent le moins possible de nuisances, puis du type de bac et de l’achat du matériel lié à son utilisation. Les tailles et les matières des bacs collectifs varient ainsi de 600L (en bois à environ 10€, en plastique à 30€) à 2000L (comptez plusieurs centaines d’euros), dépendant de la taille de la copropriété et du nombre de ses habitants. Il est par ailleurs recommandé d’utiliser plusieurs composteurs plutôt qu’un seul, et de le placer sur le sol à l’ombre pour éviter l’assèchement en eau du compost et les mauvaises odeurs que cela peut entraîner.

Si la ville propose elle-même un plan d’action écologique comprenant le compostage, alors la municipalité elle-même s’occupe d’organiser la mise en place et en couvre tous les frais, aidés ou non de collectivités locales. Si vous n’êtes pas certain que ce soit le cas dans votre ville ou quartier, et que vous souhaitez intégrer des composteurs collectifs, rapprochez-vous d’associations ou de collectivités qui vous aideront dans vos démarches, comme par exemple obtenir l’autorisation de la municipalité.

Quel impact sur l’environnement ?

Le compostage à l’échelle individuelle offre déjà une réduction importante de ses déchets, mais à l’échelle d’un immeuble ou même d’un quartier, les résultats peuvent atteindre des sommets ! Par exemple à Marseille, au sein de la résidence Le Corbusier, une année complète de compostage a permis d’éviter pas moins de 7 tonnes d’ordures ménagères ! Le compostage collectif offre également des avantages annexes : les poubelles et containers à ordures sont moins surchargées, ce qui représente une réduction du risque de mauvaises odeurs et une réduction de l’effort fourni pour sortir et rentrer ces containers.

Le terreau riche et naturellement fertilisant issu du compost sert également les intérêts collectifs et peut être utilisé dans un espace vert commun de la copropriété ou du quartier. Ainsi, les pesticides sont largement limités et des économies sont faites puisque l’on se sert au maximum de ce que l’on a produit.