Utiliser le compostage dans son jardin

Lorsque l’on a un jardin, composter vous apporte encore plus d’avantages ! Non seulement vous réduisez vos déchets verts de la maison mais aussi ceux du jardin au moyen d’un composteur qui ne vous prendra pas de place dans votre intérieur, mais en plus il vous fait faire des économies d’engrais bio en vous fournissant un terreau riche que vous pourrez utiliser pour fertiliser vos plants de potager ou rempoter vos plantes. C'est votre sol qui en sera bien content, car le compostage peut être réalisé toute l'année, d'automne au printemps, d'été en hiver !


Au jardin comme en appartement, le procédé est le même : vous amassez vos déchets verts pour qu’ils entrent en phase de décomposition grâce à des micro-organismes et petits animaux tels que les bactéries, les champignons et les vers de terre et se transforment en une matière similaire au terreau, que l’on appelle le compost. C’est ce résultat qui est un produit 100% naturel et un fertilisant d’excellente qualité que l’on récupère ensuite pour ses besoins en jardinage. Ce terreau nourrira vos plantes et produits de votre potager, les rendra plus saines et plus résistantes aux maladies. Plus votre compost sera varié à l’aide de déchets verts, bruns, matières sèches et humides, plus vous obtiendrez un fertilisant de meilleure qualité, qui renforcera également l’aptitude du sol à retenir les nutriments et l’eau dont vos plantes ont besoin.

compost dans un jardin

Comment ça fonctionne ?

Si vous appliquez tous nos conseils et qu’ainsi tous les éléments sont réunis pour réaliser un compost de bonne qualité, les déchets amassés dans le composteur vont être dégradés par des micro-organismes et autres êtres vivants tels que les bactéries, les champignons, les insectes et les vers de terre pour être transformés en un humus riche en nutriments.


Cette transformation a besoin d’oxygène et dégage de la chaleur et se déroule en deux temps :

  1. - Le processus de dégradation, qui grâce à la présence de l’oxygène et des micro-organismes qui vont décomposer la matière à haute température ;
  2. - Le processus de maturation qui poursuit la décomposition plus lente et transforme le compost frais en un compost mûr, riche en nutriments, à température plus basse.

Il faut savoir que plus votre tas de compost est volumineux, plus la montée en température est importante et le compostage prendra moins de temps.

La mise en place et l'utilisation de votre compost

Selon votre situation et la disposition de votre jardin, vous avez trois méthodes de compostage qui s’offrent à vous : en tas pour les grands espaces, en silo pour les plus petits ou de surface durant le repos hivernal.

L’essentiel reste cependant le même pour chaque type : il faut maintenir l’équilibre entre les déchets verts et les déchets bruns, entre les matières sèches et les matières humides si vous souhaitez obtenir un compost de bonne qualité.

Quel type de composteur choisir ?

Vous pouvez trouver de nombreux silos et bacs de compost de diverses tailles dans les magasins de jardinage, mais vous pouvez également décider de le fabriquer vous-mêmes avec des planches de bois ou du grillage. Le fond de votre bac doit en revanche être en contact direct avec le sol car c’est une source de micro-organismes tels que les vers de terre. Nous vous conseillons de fabriquer deux bacs à votre composteur de manière à pouvoir le retourner sans soucis.


Si vous avez l’intention de ne composter qu’une petite quantité de déchets, vous pouvez tout à fait creuser un trou à même la terre. Creusez simplement une tranchée de 15 à 20cm, couvrez-la de paille ou de plastique et maintenez-la humide comme vous le feriez d’un compost ordinaire.


Peu importe votre type de composteur, il faudra choisir un emplacement à l’ombre afin d’éviter que le soleil ne dessèche votre compost. S’il est tout de même trop sec, arrosez-le simplement.

entretien du compost

L’entretien du compost

L’aération est l’une des choses les plus importantes pour votre compost. Avec une mauvaise aération, vous augmentez vos chances d’obtenir un compostage partiel, plus lent ou qui dégage de mauvaises odeurs. Les bactéries qui sont responsables de la décomposition des déchets ont besoin de chaleur, mais une trop forte température aura raison d’elle, c’est pour ça qu’il faut aérer votre compost toutes les 4 à 6 semaines environ, avec une exception pour le premier mélange qui ne doit être réalisé seulement entre 2 à 4 semaines après l’installation du composteur.


Pour aérer votre compost, rien de plus simple, il suffit de le mélanger ! Vous pouvez simplement mélanger à l’aide d’une petite pelle ou utiliser un outil prévu à cet effet tel que l’aérocompost qui va vous aider à former des puits d’air à l’intérieur du compost. Pour accélérer la transformation en humus, n’hésitez pas à en profiter pour y incorporer des activateurs naturels.


La deuxième chose très importante pour votre compost est l’humidité. Si votre terreau est trop sec, alors les bactéries meurent et seuls subsistent les champignons. Pour parer à cela, il suffit de l’arroser, en quantité raisonnable cependant car un excès d’eau va venir perturber le taux d’oxygène et dégager de mauvaises odeurs. Si vous vous apercevez qu’il est trop humide, étalez un peu de compost par terre par temps sec pour l’aérer avant de le remettre.

Une fois le compost prêt

La durée est très variable selon les cas. Elle oscille entre 3 à 6 mois au printemps/été et 6 à 9 mois en automne/hiver, à la condition qu’il ait été bien entretenu. Certains composteurs du commerce vous permettent même de réaliser un compost de qualité en 4 à 6 semaines seulement.


Vous savez que votre compost est prêt lorsqu’il sent le sous-bois et qu’il s’effrite facilement. Il y a des chances qu’il reste des fragments de déchets non décomposés, dans ce cas il suffit de tamiser le compost et de garder ces morceaux pour le prochain compost que vous allez réaliser.


Votre compost est désormais prêt à toute utilisation, comme fertilisant bio pour votre potager par exemple, ou encore votre permaculture. Si la quantité vous parait trop réduite, vous pouvez tout à fait le mélanger avec du terreau prêt à l’emploi.

Quels types de déchets intégrer à son compost ?

Pour obtenir un compost de qualité et 100% naturel, mélangez les déchets organiques de la maison (épluchures, fruits et légumes) et les végétaux du jardin, qui se recyclent tous. Variez au maximum les déchets et broyez-les si possible, ce qui aidera les micro-organismes dans leur travail. Alternez matières sèches (bois, feuilles mortes) et déchets humides et/ou encore verts.

En ce qui concerne les déchets organiques de maison, retrouvez la liste des matières à privilégier et à éviter sur notre section dédiée au compostage en appartement.

Exemples de déchets organiques du jardin à intégrer :

  1. • Feuilles mortes broyées
  2. • Tonte d'herbe fraîche
  3. • Herbes séchées
  4. • Fleurs fanées, même celles du fleuriste
  5. • Plantes d'appartement
  6. • Bois de taille broyé, sciures d'arbres et copeaux
  7. • Aiguilles de conifères

Les déchets de jardin à ne pas mettre :

  1. • Terre, sable et cendre de charbon
  2. • Gros bois, bois traité, bois exotique
  3. • Plantes malades
  4. • Tailles d'arbres comme les thuyas et autres conifères
  5. • Cendres de bois